Article



Le Smic et les très petites entreprises

Le Smic et les très petites entreprises

Le cas spécifique des TPE de moins de 9 salariés, qui sont au nombre de 2,15 millions. 

"En 2012, 55% des TPE n’ont pas de salarié et 18% n’en emploient qu’un. Parmi les 1,2 million de TPE non employeuses, une sur deux réalise moins de 41.400 euros de chiffre d’affaires et une sur quatre, moins de 17.400 euros. La référence la plus significative quant à la faculté d’embauche des TPE est le montant de la valeur ajoutée par salarié, telle qu’elle est donnée par l’Insee[1], qui fait le commentaire suivant : « Parmi les TPE non employeuses, une sur deux dégage une valeur ajoutée inférieure à 16.000 euros ; ce sont ainsi 600.000 entreprises qui n’ont pas la possibilité de financer l’équivalent d’un SMIC annuel à temps plein charges patronales comprises (près de 20.000 euros). Dans certains secteurs, le 1er quartile a même une valeur ajoutée quasi nulle voire négative, ce qui ne laisse alors aucun revenu au dirigeant. »"...

" il y a proportionnellement près de dix fois plus de salariés au smic dans les TPE que dans les grandes entreprises, soit un quart d’entre elles. En moyenne, les salariés payés au smic représentent en 2016, 10,6% des salariés. La proportion est de 24% dans les TPE jusqu’à 9 salariés, contre 4,7% dans les grandes entreprises. Comme l’indique l’Insee, pour 600.000 TPE qui n’emploient pas de salariés, il serait impossible de le faire compte tenu de la faiblesse de leur valeur ajoutée.

Il est évident qu’une fois de plus on se trouve devant le problème causé par l’uniformité et la rigidité du smic. On évoque souvent l’éventualité d’un smic jeunes, ou encore d’un smic régional, hypothèses rejetées par le rapport des experts comme nous l’avons indiqué. Mais il est curieux qu'il ne soit jamais discuté du cas des petites entreprises face aux grandes. Or ces grandes entreprises n’ont manifestement pas de problème avec la hauteur du smic, comme en ont les petites."...

"Rappelons que le smic français est un montant horaire, non pas mensuel comme dans beaucoup de pays, et que pour effectuer des comparaisons utiles il faut convertir en salaires horaires les salaires mensuels, qui sont basés sur un temps de travail de 40 heures en général, soit autour de 170 heures au lieu de 151 heures en France. Ce qui fait apparaître que le smic horaire français est plus élevé que n’importe quel autre. Et si l’on veut établir une comparaison sur une base de 39 heures (les salariés français travaillent en moyenne plus que la durée légale), il faut aussi tenir compte du supplément légal de 25% des heures supplémentaires, ce qui accroît encore l’écart avec les pays européens."..

sources IFRAP & Dares


0 commentaire



Laisser votre commentaire

DES SERVICES POUR VOUS, TPE